Plan du site Administration Contact
l'apprentissage en question
Vous êtes ici : 10 . SYNTAXE ET ENONCIATION.
 

 

1 - Documents de base
1 . Témoignages
Le témoignage en question
2 . De l’effet de bascule
A propos de la "Mémoire"
Apprendre à lire et "dys" ?
Ecrire l’écrit
Musique
Musique et apprentissage
Dessin et représentation symbolique
De l’image à l’écrire
Forum

2 - Discussion des implicites
Dialogue et interprétation
Dyslexie
Lecture et compréhension
Questions autour de l’évaluation

3 - De ceux qui n’apprennent pas comme on enseigne
8 bis Dys-calculie et autres dys
Que faire ?
Parcours du lire écrire

4 - Evaluation d’expériences de terrain
Festival de l’audiovisuel et des technologies nouvelles en Orthophonie - Nancy
Versant didactique
versant prise en charge spécifique :

5 - L’interculturel...
ARIC 2001
ARIC 2003
ARIC 2005 Alger

6 - Textes non publiés
Récit et histoire familiale, transmission.

7 - Et du côté de l’Education Nationale
Enseignement spécialisé
Rééducation scolaire

8 - Limites de nos interventions
orthophonie
Conscience de son propre handicap - Evolution
Mots balises : dépassés ou éclairants ?
rééducation scolaire

9 - Lectures

Agenda

Conditions d’utilisation

Du côté de la créativité

Jeu symbolique
Evolution du jeu symbolique

Les auteurs
Références bibliographiques

Liens

Thèse

Rechercher sur le site :
imprimer cet article ARAPEO 19 AVRIL 2004
10 . SYNTAXE ET ENONCIATION.
VARIATIONS MORPHOLOGIQUES ET EN TOUS GENRES.
lundi 22 mars 2004, par J.Zwobada Rosel


Résumé
L’énonciation est au cœur de la parole d’un sujet mais il lui faut se faire comprendre. Au cours de son apprentissage, il doit faire face à la variation. On en propose quelques exemples filmés : variation dans l’adaptation à la situation (« Le parcours »), variations dans le transcodage d’un récit qui est à la rencontre de plusieurs genres de discours (« Le spectacle »). Face à la complexité des règles d’écriture, on en propose une “simplification” par la référence à des “unités de base matérialisées” pour permettre leur manipulation et favoriser leur combinaison, l’identification de leur fonction au niveau syntaxique etc. La structure de la langue apparaît dans la “figuration” des unités et de leurs relations.

Présentation

Cette intervention va se dérouler en deux temps avec le support d’extraits de séances filmées en vidéo.

1. PENSEE LANGAGE ET COMMUNICATION. ETAYAGE DIALOGIQUE DE LA MISE EN MOTS.

Dans le premier temps, nous allons suivre un enfant sourd appareillé, oralisé, dans trois de ses activités langagières qui se complètent les unes les autres, deux dans un groupe d’enfant, lorsqu’il « se présente » à un enfant nouvellement arrrivé, puis dans une activité du groupe, que j’ai appelée « le parcours », où il s’agit, dans un parcours en quelque sorte initiatique, de s’entraîner non seulement à fixer des variantes morphosyntaxiques mais à tenir compte de l’autre, de la variation de la situation etc.... La troisième correspond à « un spectacle » où il met en “rap” un récit qu’il invente, en utilisant le support d’un conte pour raconter l’histoire d’un couple, puis réalise, dans un double transcodage, deux dessins pour en expliciter certaines références anaphoriques avant d’en dicter une ultime version à l’adulte. Le transcodage permet de lever quelques difficultés mais le reliquat renvoie à la gestion de l’implicite tout autant qu’à des difficultés spécifiques tant articulatoires, lexicales que syntaxiques.

Comment ont-elles été abordées avec lui, comme avec les autres enfants, ceux du groupe, mais également avec les non-lecteurs qui sont au cœur de mes recherches actuelles sur certains fonctionnements de dyslexiques ?

2. FORME ET SENS : D’UNE NEBULEUSE AU FORMATAGE

En introduction de cette partie consacrée à la relation qu’il est possible d’établir, dans une pratique, entre structuration et figuration, je présenterai une fin de séance avec un non-lecteur de 15 ans, Benji, pour poser la problématique du rapport à la forme comme support d’une signification, même dans un dessin, « le nuage », ce qui pose également le problème de la relation entre référé et référent du signe linguistique à double face, dans le rapport entre Signifiant et Signifié.

Je présenterai donc, dans ce deuxième temps, la démarche que j’ai suivie avec un groupe classe au collège, pour permettre que ces adolescents non-lecteurs parviennent à entrer dans l’écrit, en tentant de leur permettre de structurer leur pensée dans l’analyse du système de la langue. Je me suis basée sur la manipulation d’un matériel qu’ils ont constitué eux-mêmes, tout comme l’enfant, première rencontre avec un non-lecteur, qui m’a contraint à préciser ma démarche. Vous le verrez demandant à reprendre le travail avec ce matériel, les petits cartons, pour réussir à maîtriser l’écriture du mot le plus long de la langue française.

DISCUSSION

Les mots-clés organisateurs de la discussion de la présentation seront alors, pour le premier temps, énonciation et expression en langue orale, les points de vue en présence : du point de vue de l’acquisition, les règles pragmatiques, en particulier les rituels et leurs routines interactives, fonctions de la situation. De ce même point de vue, appliquées à l’énoncé, les règles de structuration de la phrase avec l’expression des différentes relations spatiales, les différentes formes verbales (pronominales, passives), les marques du temps. Le deuxième point de vue, celui de l’énonciation, en découle : ce travail donne à l’enfant le moyen linguistique d’être le sujet de sa parole dans un espace-temps qu’il maîtrise, ce qui est à la base des modalités d’expression d’un sujet énonciatif, qui habite sa propre parole, si je peux me permettre cette métaphore. Sous-jacent à ce dernier point de vue, la qualité de la relation permet un travail sur la place du sujet psychologique qui peut s’exprimer dans le jeu des variations et métaphoriquement dans certaines de ses productions.

Les mots-clés du deuxième temps se situent autour du mode de représentation qui correspondrait le mieux à la possibilité d’apprendre de certains enfants, non pour réciter mais pour intégrer, à l’occasion de leur apprentissage, la structure de la langue dans son fonctionnement à différents niveaux.

Les variations de la correspondance grapho-phonémique sont inscrites dans les tableaux qui les figurent mais dans un système simplifié qui, au niveau théorique, repose sur la neutralisation de l’opposition du trait d’ouverture dans le cadre d’un archiphonème vocalique. Dans le travail d’identification des sons dans des mots, il permet, pour les consonnes également, par la figuration des oppositions pertinentes, d’introduire les variations d’écriture qui n’ont pu encore se fixer dans le cadre des apprentissages préalables de l’oral. Il serait plus juste de parler alors de correspondance phono-graphique, puisqu’on part, comme en langue, de l’oral pour établir la correspondance avec la lettre en l’ayant inscrite dans une signification (les images du père Castor peuvent alors compenser des problèmes d’évocation des mots)...

Au niveau syntaxique, tout part d’un travail en « langage », les bonnes vieilles notions de la grammaire traditionnelle, du point de vue du sens qu’elles peuvent avoir pour l’enfant dans sa pratique de la langue. Le point d’arrivée en est un tableau qui figure d’une part le groupe nominal, et d’autre part le schéma fonctionnel de la phrase, avec l’utilisation de couleurs pour saisir, par exemple, le groupe verbal SVO. Le genre et le nombre ont aussi leur couleur mais dans un système d’un autre ordre. Les variations morpho-grammaticales à l’œuvre dans les conjugaisons sont exploitées dans la même démarche, reprenant celle de S. Borel-Maisonny. Dans tous les cas, il s’agira ensuite de découper des énoncés, ou des mots, pour les analyser en les classant, les comparant, pour les reconstituer (scotch aidant) dans leur unité de départ. L’un ne va pas sans l’autre car le côté figuration a donné corps aux éléments ainsi manipulés, en retrouvant le sens du départ à l’arrivée.

Mise en place spatiale, couleurs, le mot d’ordre est “simplification” pour utiliser conjointement plusieurs sortes de mémoires et de stratégies d’autocorrection, dialogue intérieur d’étayage qui peut peut-être, chez certains, permettre la fixation d’automatismes d’écriture. Les règles ne reposent plus seulement sur des mots mais sur une compréhension intuitive du système qu’elles explicitent dans une figuration.

Références bibliographiques des documents présentés

Extraits de films :

  • Présentation (LEAPLE ) Kamel (1998)
  • Récit (IADA) (1994) + transparent de la BD (BICHAT)(1993)
  • Parcours (BICHAT) (1997) Le groupe.
  • Non-lecteurs (NANCY) (2001) Entrée dans l’écrit (le groupe classe) Benji Yvan

Zwobada Rosel J. (1993) Surdité et parole : parcours d’un enfant sourd vers l’énonciation, in Semaine médicale de Paris " La surdité ", Entretiens d’Orthophonie 1993, Paris : Expansion Scientifique Française, 130-141.

Zwobada Rosel J. (1994) Dialogue, étayage et Orthophonie in " Le dialogue en question " La Grasse Communication à l’ IADA oct 1993, Cahiers du CISL, 10 TOULOUSE 1994, 315-323.

Zwobada Rosel J : (1997) Oublier pour retenir. De quelques difficultés d’apprentissage à l’âge scolaire. Entretiens d’Orthophonie 1997, Paris : Expansion Scientifique française. 135-141.

Zwobada Rosel J. : (1997) Linguistique fonctionnelle, évaluation, rééducation des troubles d’acquisition du langage. Peut-on lire-écrire quand on est non-lecteur ? Rééducation Orthophonique, 1997, 190, 209-227.

Zwobada Rosel J. (1998) Histoire en quête d’auteur (s). Un discours à trois : mère, enfant, thérapeute du langage. [1] (Textes non-publiés)

Zwobada Rosel J. - 1) Parcours de non-lecteurs. Quand ils témoignent. 2) Parcours de non-lecteurs. Entrée dans l’écrit...Films vidéos de 30’. IV ème Festival de l’Audiovisuel et des Nouvelles Technologies en Orthophonie. Nancy. 27-28 Oct 2001. Script sur Site.

22/03/04 12:12


[1] Colloque (LEAPLE) La vie en mots : se dire, parler de soi, à travers l’hétérogénéité des genres et des mondes. 27 28 Nov 1998.

Répondre à cet article

Dans la même rubrique :
1 . Changer son mode d’apprendre 1
1 . Changer son mode d’apprendre 2
2 . Approche clinique de l’étayage cognitif de non-lecteurs (Psy & SNC 2000).
3 . Non-lecteurs au collège.
4 - Mise en place du système de la langue et de son fonctionnement
4 . Présentation de la démarche.
4 bis - Structuration mentale et méta : de l’oral à l’écrit
5 . Mémorisation, verticalité et fonctionnement de type dyslexique
6 . Une forme "carabinée" de DL
7 . Documents pour l’Apprentissage en question (Posters Psy et SNC 2001-2002)

Thèmes abordés :
apprentissage
Entendre les voyelles
9 . PSY et SNC 2003 : Activités mentales et étayage dialogique (RESUME)
A propos de musique
Voix Sensations Expression
A propos de musique (Suite)
Diagnostic différentiel dans des familles en contexte FLE (Documents)
expression
6 - Construire le temps de l’autre
Les mondes parallèles d’un trisomique (3)
Les mondes parallèles d’un trisomique (1)
Les mondes parallèles d’un trisomique (2)
Jeu et effet de"série" : du cannibalisme au quotidien
Graphisme lenteur et conflit
énonciation
Histoire en quête d’auteur(s).
Espace-temps, corps
Trisomique certes mais psychotique ? autiste ?
figuration
Exemple d’appropriation de la conduite narrative chez un non-lecteur (Miloud)
syntaxe
variation




Nous contacter | Plan du site | Admin | Statistiques | Conditions d'utilisation | Accueil

 

©2000 www.sos-lire-ecrire.com