Plan du site Administration Contact
l'apprentissage en question
Vous êtes ici : 2 - Discussion des implicites > Au sujet de l’utilisation de la figure de REY.
 

 

1 - Documents de base
1 . Témoignages
Le témoignage en question
2 . De l’effet de bascule
A propos de la "Mémoire"
Apprendre à lire et "dys" ?
Ecrire l’écrit
Musique
Musique et apprentissage
Dessin et représentation symbolique
De l’image à l’écrire
Forum

2 - Discussion des implicites
Dialogue et interprétation
Dyslexie
Lecture et compréhension
Questions autour de l’évaluation

3 - De ceux qui n’apprennent pas comme on enseigne
8 bis Dys-calculie et autres dys
Que faire ?
Parcours du lire écrire

4 - Evaluation d’expériences de terrain
Festival de l’audiovisuel et des technologies nouvelles en Orthophonie - Nancy
Versant didactique
versant prise en charge spécifique :

5 - L’interculturel...
ARIC 2001
ARIC 2003
ARIC 2005 Alger

6 - Textes non publiés
Récit et histoire familiale, transmission.

7 - Et du côté de l’Education Nationale
Enseignement spécialisé
Rééducation scolaire

8 - Limites de nos interventions
orthophonie
Conscience de son propre handicap - Evolution
Mots balises : dépassés ou éclairants ?
rééducation scolaire

9 - Lectures

Agenda

Conditions d’utilisation

Du côté de la créativité

Jeu symbolique
Evolution du jeu symbolique

Les auteurs
Références bibliographiques

Liens

Thèse

Rechercher sur le site :
imprimer cet article Au sujet de l’utilisation de la figure de REY.
RÉPONSE SUR UN FORUM
lundi 10 mars 2003, par J.Zwobada Rosel


Je tiens à m’excuser de la longueur de ce texte qui propose un exemple d’utilisation de la figure de REY [1]

Je ne peux résister à mettre mon grain de sel à l’utilisation de ce type de "test" par rapport à l’évolution de la pratique à son sujet. Pour ma part, je l’ai découvert dans mes études de psycho et l’utilise depuis 1957, ce qui fait près d’un demi siècle ! En outre j’ai rencontré la femme de A.Rey en Algérie, dans les années 70 lorsque nous faisions une recherche sur l’utilisation de la forme B dans une autre culture, avec la question de le présenter dans une position inverse de droite à gauche en milieu arabe (écriture en sens inverse).

Je suis effarée par l’évolution de son utilisation. On vient de me passer le manuel de la feuille de dépouillement et l’ouvrage de Wallon Meslin que je n’ai fait que parcourir. J’avais assisté à une présentation d’un logiciel pour "apprendre" à construire la figure de Rey ! Bref on est loin de l’esprit qui en faisait "une épreuve clinique" à références normatives, relatives, pour se faire une idée.

Pour le reste, ce qui est important, de mon point de vue, c’est de voir comment l’enfant s’y prend, sa souffrance éventuelle d’être confronté à une tâche difficile (pour certains dyslexiques, on arrive au coeur de "notre" problème), et horreur, de parfois aménager la consigne comme pour cette enfant de 11-12 ans (Jenny début de 6e) pour qui j’ai fait retourner la feuille et qui s’y est reprise à deux fois dans le deuxième dessin, et avait encore le problème de son impulsivité à la reproduction de mémoire. Ce n’était pas au cours du bilan. Nous travaillons 15 jours après à structurer sa perception d’une autre figure avec la figure de H. Koppel (Difficultés en mathématiques p.20), après la passation d’un test de "dépendance du champ", elle construit par portions structurées sans percevoir la structuration globale au départ, se plante pour les diagos car elle a placé les médianes verticales dans un rectangle (au lieu d’un carré), comprend le principe des diagonales (en l’esquissant spontanément du doigt) mais ne peut le tracer ainsi avec le crayon etc... elle perçoit mieux le carré sur pointe inclus dans les croisements ! réussit, à sa façon donc.

La fois suivante, je lui redonne la figure de Rey dont elle pensait se souvenir. Elle fait encore un faux départ à la reproduction de mémoire (elle commence par ce qui pour elle représente "le toit de la maison"), puis de droite à gauche tellement bien qu’elle a parfaitement retrouvée et organisé l’ensemble, mais toujours par juxtaposition de détails structurés, par quartier donc. Le retest n’est pas autorisé en principe si près. On en reparle quelque temps après à propos de son impulsivité... elle m’assure qu’elle s’en souvient : elle retrouve parfaitement la figure qu’elle a intériorisée (à un détail près mais y parvient toujours par le même procédé. L’impulsivité est moindre et elle a compris que les éléments internes étaient organisés, elle s’appuie sur une mémoire visuo-spatiale que je dirai globale pour "éviter" si je puis dire le travail de structuration "de base". Elle l’a donc apprise "à sa façon" et la "sait". C’est tout à fait elle pour tout mais pas suffisamment efficace pour l’écrit.

Quelles indications cela me donne pour travailler avec elle ? Au niveau perceptif, je m’étais dispensée de lui faire construire le carré avec des pliages. C’est peut-être à reprendre. Sinon, dans le champ de l’écrit, percevoir la structuration des phrases qu’elle doit écrire (orthographe totalement aléatoire) et la structure d’un récit entre autre... Elle déteste quand je la branche sur ce type de travail (je rappelle qu’elle commente tout ce qu’elle fait).

PS D’autres exemples : Illis, commentaire forum ci-dessous [2], et d’articles récents (2008) consacrés à Tom et Hellen. Consulter également la Figure de Rey de Matisse (annexes de Psy et SNC 2003) et dans la brève de discussion des implicites (cliquer sur le bleu) pour le commentaire plus détaillé de cette figure, dans sa mise en relation avec la passation de l’Alouette.

2ePS Je ne saurais trop conseiller l’approche théorique de Jean Gaudreau (si le lien marche) http://www.rqpsy.qc.ca/ARTICLE/V22/22_1_021.pdf disponible sur internet... (page Google : Figure de Rey passation)


[1] La question portait sur la difficulté, après passation de la figure complexe de Rey, quant à l’attribution des points lors de la correction de la richesse

[2] il s’agissait d’un échange dans le cadre du forum disparu repris dans un nouvel article en octobre 2008

Répondre à cet article

Dans la même rubrique :
Allergique aux tests
Au sujet du test de l’alouette
Diagnostic "dys" et prise en charge
Epreuve d’Evaluation II - Images séquentielles - Problématique
Epreuve d’évaluation II - Images séquentielles - RÉCIT SUR BD MATERNELLE
Epreuves classiques 3
Epreuves d’évaluation (suite)
Epreuves d’évaluation avec support iconique
Figure de Rey et geste graphique
Le test de l’Alouette à 19 ans et plus...

Thèmes abordés :
"dys"
Dominance Plasticité et graphisme
8 - Le parcours de Laure (de la lettre au son)
Exemple d’appropriation de la conduite narrative chez un non-lecteur (Miloud)
évaluation
Bilinguisme et tests
Mémoire et évocation : l’image en question
tests




Nous contacter | Plan du site | Admin | Statistiques | Conditions d'utilisation | Accueil

 

©2000 www.sos-lire-ecrire.com