Plan du site Administration Contact
l'apprentissage en question
Vous êtes ici : Jeu et effet de"série" : du cannibalisme au quotidien
 

 

1 - Documents de base
1 . Témoignages
Le témoignage en question
2 . De l’effet de bascule
A propos de la "Mémoire"
Apprendre à lire et "dys" ?
Ecrire l’écrit
Musique
Musique et apprentissage
Dessin et représentation symbolique
De l’image à l’écrire
Forum

2 - Discussion des implicites
Dialogue et interprétation
Dyslexie
Lecture et compréhension
Questions autour de l’évaluation

3 - De ceux qui n’apprennent pas comme on enseigne
8 bis Dys-calculie et autres dys
Que faire ?
Parcours du lire écrire

4 - Evaluation d’expériences de terrain
Festival de l’audiovisuel et des technologies nouvelles en Orthophonie - Nancy
Versant didactique
versant prise en charge spécifique :

5 - L’interculturel...
ARIC 2001
ARIC 2003
ARIC 2005 Alger

6 - Textes non publiés
Récit et histoire familiale, transmission.

7 - Et du côté de l’Education Nationale
Enseignement spécialisé
Rééducation scolaire

8 - Limites de nos interventions
orthophonie
Conscience de son propre handicap - Evolution
Mots balises : dépassés ou éclairants ?
rééducation scolaire

9 - Lectures

Agenda

Conditions d’utilisation

Du côté de la créativité

Jeu symbolique
Evolution du jeu symbolique

Les auteurs
Références bibliographiques

Liens

Thèse

Rechercher sur le site :
imprimer cet article COMMUNICATION : EXPRESSION ET INTERPRÉTATION
Jeu et effet de"série" : du cannibalisme au quotidien
LUCAS, ENFANT DYSPHASIQUE, "LA MAISON"
lundi 8 octobre 2007, par J.Zwobada Rosel


Lucas montre une prédilection à fonctionner à un niveau imaginaire, dans ses activités librement choisies. Il va ainsi au-delà des pré codages du matériel de jeu avec une implication telle qu’elle suscite l’hypothèse de la valeur projective du contenu exprimé. A cet égard, Lucas comme Juju (Habiter son corps et sa parole) représentent un cas particulier mais éclairent peut-être mon questionnement sur la relation entre jeu, récit et construction identitaire lorsque le langage ne peut y jouer son rôle habituel...

Introduction

J’entends par "Série" un certain type de rapport de continuité entre un matériel de jeu et l’utilisation qu’en fait l’enfant en difficulté de langage dans un rapport thématique inter séances. Il s’agit d’un matériel choisi ces jours là par lui, de préférence à tout autre matériel également disponible. Selon mon expérience, de brèves séries peuvent se rencontrer le plus souvent à partir d’un matériel peu précodé : polybricks (thème dominant : maison), pâte à modeler (nourriture), mais le jeu évolue très vite et l’enfant l’abandonne après une dernière reprise dans un délai d’un à 2 mois. Lorsque le matériel est plus contraignant (dînette, docteur, marchand, animaux, ferme, voire "scéno-test") il sert de support à une activité dominante comme on l’a vu avec Stie pour la dînette :

-  soit "pragmatique" : apprentissage et maîtrise des conduites langagières de la situation
-  soit "projective" : où l’enfant s’essaie à travers les différents rôles qu’il peut être amené à jouer (cf. rêves)

Je ne parle pas ici du mode de travail et de productions que l’on peut recueillir dans le champ des psychothérapies, notamment psychanalytiques, tant du point de vue du cadre que du mode de fonctionnement, je ne travaille pas dans ce cadre, mais certains corpus évoquent plusieurs niveaux de lecture, ne serait-ce que par le poids des mots comme dans ce corpus.

Le corpus total dont il sera question (15 heures d’enregistrement) a été recueilli sur un peu plus d’un an mais comporte plusieurs parties se regroupant en séquences successives autour de "la maison”, avec comme support une boite à couture et des play-mobils (cf. matériel) et non les polybricks qui ont donné lieu à la série “le Vaisseau”.

Dans les fichiers ci-joints on trouvera la suite de l’article présentant l’analyse du jeu qui s’étaie sur une analyse de corpus intégrant d’autres données que purement linguistiques (cf. Analyse du dialogue et interprétation). Il sont en PDF pour intégrer schémas et tableaux dont je donne un aperçu ci-dessous.

Un tableau d’ensemble reproduit les regroupements que j’ai opérés des différentes séances qui produisent un effet de « récit » par rapport au temps... Des schémas préciseront le cadre spatio-temporel du corpus, l’un situant la chronologie des activités de jeu particulièrement investies dans le cadre de la prise en charge, ce qui les rend pertinentes pour analyser leur fonction dans la construction identitaire de l’enfant, l’autre les espaces impliqués. 3 tableaux mettent en évidence
-  en T1 le fait que la continuité thématique est portée par le “matériel support”
-  en T2 une interprétation ... des univers impliqués du fait de la continuité thématique
-  en T3 les modalités des agressions à l’œuvre dans le corpus de jeu.

J’anticipe l’interprétation générale des tableaux, justifiée par la méthodologie de l’analyse, qui se trouve en conclusion du fichier joint.

On retrouve, en particulier dans les modalités de l’agression, une progression des sources de l’agression qui n’est pas sans évoquer celle qu’on repérait dans l’analyse de séries de rêves (17*) marquant un certain nombre de passages :
-  nature /culture, cette dernière intervenant à partir de (5),
-  indéterminé/spécifié,
-  imaginé/réglé, même si dans le rapport de l’homme à son angoisse, la mort et la destruction restent le mode de résolution d’une situation soit duelle, répétitive, soit collective.

L’effet textuel de la série s’inscrit alors dans la successivité des séances, par séquences, parties pour un tout que l’on pourrait "gloser" ainsi dans l’après-coup de la reconstitution d’une "histoire".

-  Une famille mène sa vie (1-2) survient une catastrophe imprévisible (3) et incontrôlable (4) situant le danger à l’extérieur.
-  Il s’agit alors de quitter l’intérieur (maison) pour tenter de s’y rendre jusqu’à ce que la mort intervienne sous une forme socialisée, d’abord individuelle où ceux qui agissent (sauvent ou tuent) sont tués (5) [1], puis collective (maison), susceptible d’être "réparée" puisqu’il a lui-même réalisé l’agent destructeur (l’avion en papier).

-  L"’histoire" culmine à la 9e séance, lieu de condensation des différentes stratégies de l’ensemble du corpus.

L’hétérogénéité des références entraîne un scénario préparé mais inattendu : univers familial familier, présence d’indiens annonciateurs d’agression (cf. 8e séance), induisant également le cannibalisme (culture) mais non son cadre : une scène de vie familiale (repas) évocatrice du quotidien.

On retrouve dans ce corpus des organisateurs déjà identifiés dans les corpus de Corine (Histoire vraie ou vraie histoire) et qui, je l’ai signalé, relèvent également de la production onirique.

On retrouve également une évolution des thèmes qui conduit à un parcours qui n’est pas, me semble-t-il, sans évoquer métaphoriquement le développement de la vie affective d’un enfant qui n’arrive pas à se séparer de ses attachements sous la menace permanente de ses représentations de l’extérieur.
-  Comment pourra-t-il s’organiser, symboliser pour y parvenir, si on met cette dimension psycho-affective en relation avec le handicap qu’il présente ?

Il n’oublie rien dans ses jeux mais ne peut retenir une structure syntaxique pour en disposer et transférer ce mode d’organisation dans d’autres contextes...

Qui était Lucas au départ du jeu ?

Lucas est un petit garçon de 5 ans, suivi pour un trouble important de l’acquisition du langage. Intelligent, bien adapté au sein de sa famille, il se montre réservé et communique très peu à l’école (GSM) où son expression reste difficilement compréhensible.

Il n’a pu entrer dans une démarche imitative pour améliorer ses productions verbales, que ce soit au niveau phonétique ou syntaxique : la prise en charge orthophonique doit tenir compte à ce niveau d’un ensemble de caractéristiques rapidement repérées :
-  la résistance au changement d’un système « fixé » où coexistent “parler bébé” (parataxique) et acquisitions nouvelles sous forme de syntagmes figés.
-  le flou articulatoire du système vocalique, voire de certaines consonnes, renforçant le flou sémantique de champs lexicaux peu articulés.
-  l’absence d’étayage à distance alors que quelques constructions se révèlent possibles à « monter » dans la contrainte d’un échange dialogique inducteur du modèle.
-  la prédilection qu’il montre, dans des activités librement choisies, à fonctionner à un niveau imaginaire, au-delà du pré codage du matériel de jeu, avec une implication telle qu’elle suscite l’hypothèse de la valeur projective du contenu exprimé.

Ce fonctionnement s’inscrit dans la continuité d’une histoire qui s’élabore ainsi au fil de la thérapie.

Son devenir

Dysphasique, puis dyslexique certes, mais dans une problématique psycho-affective qui n’a pu se « traiter » dans un contexte de prise en charge en pédo-psychiatrie malgré une consultation.

Lucas s’est inséré socialement, il a appris l’horticulture après la 3e, scolarisé dans un établissement qui l’a laissé suivre à son rythme... un parcours d’enfant puis d’adolescent.


[1] L’interprétation de cette paire (tuer/être tué) qui fonctionne comme unité interchangeable peut renvoyer à deux interprétations. On hésitera ici entre la reconnaissance de deux pôles, celui d’un blocage de l’évolution que la rééducation pourrait lever (retard de langage), et celui d’une structure particulière du langage (la dysphasie décrite par Ajurriaguerra)

Répondre à cet article
logo DOCUMENT 133
1-Analyse de la série "La maison" Lucas

logo DOCUMENT 134
2-Analyse de la série "La maison" Lucas (suite)

logo DOCUMENT 135
3-Analyse de la série "La maison" Lucas (suite)

Dans la même rubrique :
2)Jeu symbolique et construction identitaire
3) "Le bébé volé" Analyse...
3)Jeu symbolique et traitement de la réalité
b) Contexte thérapeutique
Communication, langage et jeu symbolique chez un enfant trisomique de 9 ans, Yann
Introduction au Jeu symbolique dans un contexte thérapeutique

Thèmes abordés :
Construction identitaire
Entendre les consonnes
Construction identitaire et récit : la place du sujet
"Comprendre", ou du statut de l’image pour un dyslexique dans le fonctionnement de la mémoire. (Essai)
dysphasie
expression
10 . SYNTAXE ET ENONCIATION.
Les mondes parallèles d’un trisomique (3)
Les mondes parallèles d’un trisomique (2)
6 - Construire le temps de l’autre
Graphisme lenteur et conflit
Les mondes parallèles d’un trisomique (1)
Famille
2 "Histoire vraie ou vraie histoire ?"
Jeu
Quelques supports... pour apprendre autrement
Matériel
récit
Résumé de Thèse
4 bis - Structuration mentale et méta : de l’oral à l’écrit
1 "Histoire vraie ou vraie histoire"
Epreuve d’Evaluation II - Images séquentielles - Problématique
Habiter son corps et sa parole
Epreuves classiques 3
Epreuve d’évaluation II - Images séquentielles - RÉCIT SUR BD MATERNELLE
Une entrée dans l’écrit...
thérapie




Nous contacter | Plan du site | Admin | Statistiques | Conditions d'utilisation | Accueil

 

©2000 www.sos-lire-ecrire.com