Plan du site Administration Contact
l'apprentissage en question
Vous êtes ici : 1 - Documents de base > Dysorthographie
 

 

1 - Documents de base
1 . Témoignages
Le témoignage en question
2 . De l’effet de bascule
A propos de la "Mémoire"
Apprendre à lire et "dys" ?
Ecrire l’écrit
Musique
Musique et apprentissage
Dessin et représentation symbolique
De l’image à l’écrire
Forum

2 - Discussion des implicites
Dialogue et interprétation
Dyslexie
Lecture et compréhension
Questions autour de l’évaluation

3 - De ceux qui n’apprennent pas comme on enseigne
8 bis Dys-calculie et autres dys
Que faire ?
Parcours du lire écrire

4 - Evaluation d’expériences de terrain
Festival de l’audiovisuel et des technologies nouvelles en Orthophonie - Nancy
Versant didactique
versant prise en charge spécifique :

5 - L’interculturel...
ARIC 2001
ARIC 2003
ARIC 2005 Alger

6 - Textes non publiés
Récit et histoire familiale, transmission.

7 - Et du côté de l’Education Nationale
Enseignement spécialisé
Rééducation scolaire

8 - Limites de nos interventions
orthophonie
Conscience de son propre handicap - Evolution
Mots balises : dépassés ou éclairants ?
rééducation scolaire

9 - Lectures

Agenda

Conditions d’utilisation

Du côté de la créativité

Jeu symbolique
Evolution du jeu symbolique

Les auteurs
Références bibliographiques

Liens

Thèse

Rechercher sur le site :
imprimer cet article Dysorthographie
vendredi 24 janvier 2003, par J.Zwobada Rosel


Nous (Les gestionnaires du site) avons longtemps hésité pour savoir où situer ce corpus [1] dans le site.

Le diagnostic posé au moment du bilan de l’enfant en question a été " dysorthographie " mais il ne s’agit nullement d’exercices d’orthographe. Une prise en charge " globale " vise à s’assurer que l’enfant dispose des compétences nécessaires à la réalisation de la tâche qu’on lui propose. Cet enfant lit, il a appris, mais très mal, car il a trop de mal à gérer tout ce qui lui pose problème et en particulier (hypothèse de l’orthophoniste), il ne dispose pas de la fameuse "mémoire de travail" [2] indispensable à toute réalisation de dictée.

Est-ce un problème d’attention, mais pourquoi y aurait-il défaut d’attention ? N’a-t-il pas surentraîné sa mémoire visuelle (à la base des techniques d’apprentissage, en tout cas dans sa propre conception de ce qu’il doit faire pour apprendre), pourquoi ne peut-il se référer à une représentation auditive interne de la phrase à écrire ? Est-il capable de gérer le sens dans cette démarche se rapportant à une activité de type scolaire ? Autant de questions [3] que nous souhaitons confronter à vos propres expériences.

C’est pourquoi nous avions d’abord pensé situer ce corpus dans " discussion des implicites ". Mais certains d’entre vous réclament l’ouverture des points que nous annonçons dans le sommaire. Ce site est nouveau et nous définirons avec vous, en fonction de vos demandes, son fonctionnement.

Il s’agit donc d’extraits d’une séance de prise en charge orthophonique [4] d’un enfant particulier par une orthophoniste particulière.

Manet, lire le corpus


Percevoir, se représenter, mémoriser

 

Extraits de la séance du 18/10/00 Amira ; 8 ans ; CE2.

Dans le jeu des reformulations (étayage dialogique) :
représentation, image de soi et construction identitaire

Le problème

Mémoire

O - Est-ce que c’est bien rentré dans ta tête ou tu as hésité un peu ? (fiches de différenciation de sons [5]).

A - C’est rentré.

O - C’est rentré. Parce que ya deux choses, d’abord il faut... il faut comprendre et puis il faut faire rentrer. L’un sans l’autre ça ne marche pas.

Construction de savoir-faire

Représentation

Dessin de la famille (demandé en parallèle sur les fiches de sons) : elle ne s’est pas dessinée.

A - Parce que c’est moi qui l’a dessiné alors je peux pas me voir !

O - Bon mais est-ce que par hasard, tu n’aurais pas, en toi, quelque chose qui te dirait comment tu es ! On peut peut-être faire un essai. Parce que moi ça me gêne que tu ne sois pas dans ta famille, dessinée. Mais je comprends ce que tu dis. Hein, c’est normal, les autres tu peux les regarder donc tu peux les représenter. Mais ce qui est important et c’est justement pour ça que tu viens me voir, hein, c’est parce que on a, en soi, des choses qui sont dans la tête, on n’a pas besoin de regarder. Alors effectivement pour soi on a deux solutions, si effectivement tu veux te regarder, on a une glace, tu peux aller te regarder, et puis tu le gardes dans ta tête et tu te dessines. Ou alors, tu essaies de le faire comme tu le sens de l’intérieur. [...] C’est une expérience, alors on va voir comment tu te débrouilles avec. [silence pendant qu’elle se dessine]

Et bien, tu y es bien arrivée ! C’est important ce qu’on vient de faire, parce que c’est exactement ce que je te propose pour que ça aille bien en classe. C’est que tu essaies de trouver ce qu’il y a en toi, pas toujours ce qu’il y a à l’extérieur. C’est-à-dire que la maîtresse elle t’explique les choses et ces choses elles sont pas seulement sur le livre, elles sont en toi quand tu l’entends.. Tu comprends. Et tu essaies de comprendre et c’est en toi et ce qu’il faut trouver, c’est la façon d’y arriver... (métaphore du tiroir [6]). Mais elles sont pas seulement dans le livre, elles sont en toi, comme pour ton dessin. [...]

 

A. ne participe pas souvent au niveau sonore mais soutient les monologues de l’orthophoniste au niveau non verbal par de nombreux gestes d’assentiment et de dénégation [7].

 

On repère un travail à faire sur la différenciation du b/d [8], qu’on fera ultérieurement. Dans les fiches, il y a toutes les mesures de parties du corps (elle ne s’est pas mesurée en entier), on corrige son âge (elle a mis 6 ans),et elle dit ne pas connaître son numéro de téléphone.

Mémorisation

Tu ne le connais pas ! Et bien il faut que tu l’apprennes. Tu sais comment ça marche ?

 

(Mise en place de règles, le 01 à Paris, le 48, utiliser des associations, des analogies voire des différences...)

O - ... 74 (elle l’a trouvé) ça te fait penser à quelque chose ? Tu sais quand on veut retenir..

A = heu, 74, euh comme chez moi,

O - pour ?

A - pour la ville ! pour dire où j’habite !

O - (silence), c’est 94 où tu habites, mais, bon c’est bien, c’est pas 94, c’est 74, ça fait rien que ça soit ça ou pas ça, hein, ce qui compte, c’est de trouver une façon, se raconter quelque chose pour s’en rappeler. Tu vois c’est ça travailler sa mémoire, quand on ne retient pas les choses bêtement, mécaniquement comme font les autres, on trouve d’autres astuces, parce qu’on n’est pas idiots ! Donc on se débrouille. OK, bien alors...

 

(on continue à essayer de mémoriser la numéro...)

O - Félicitations. Alors maintenant, tu t’en es rappelé parce que ça ne faisait pas longtemps qu’on l’avait étudié, mais il faut que tous les jours tu te le récites jusqu’à ce que tu le saches complètement par cœur. Hein c’est comme ça qu’on fait pour entretenir ce qu’on a mis dans sa tête.

 

(Rappel : Amira ne s’était pas représentée pas dans le dessin de sa famille : elle ne peut se voir. Je lui ai expliqué qu’elle peut se connaître de l’intérieur ce qui est une autre façon de se voir, mais que si elle n’y arrive pas ou le préfère elle peut aller se regarder dans la grande glace qui est à côté de la porte. Elle est restée à sa place, radieuse, et s’est dessinée sans problème. Elle reformule ce qu’elle a compris à ma demande) :

Appropriation par la reformulation

O - On a au moins appris quelque chose d’important aujourd’hui, qu’est-ce qu’on a appris ?

A - Euh, qu’il fallait, euh (rire gêné), qu’il fallait apprendre un jour euh...

O - Essaies de dire comme tu peux...

 

A - une autre façon, euh, de regarder !

O - sans se regarder dans une glace (A - oui), dans une glace, mais se regarder de l’intérieur, pour savoir qui on est, tu es d’accord ? (A - oui) Bon, et puis la deuxième chose ?

A -On a appris, euh, le numéro de téléphone !

O - et comment on a fait pour l’apprendre ?

A - On, euh, (silence) sur, euh par chiffre ! Euh...

O - Mais comment on a fait pour s’en rappeler ? On a essayé, de raconter quelque chose autour. T’es d’accord, au lieu de le répéter comme ça bêtement.

A - Oui !

O - C’est quoi pour toi la mémoire [9] ?

A - euh, ben, (O - alors) c’est ce qu’on fait de ( ??) bien, (O - hm, hm) ... (très vite) qui est intelligent.

O - et il faut être intelligent, ça c’est quelque chose que j’ai du te dire, qu’il y avait une mémoire, un peu bête hein, comme celle du perroquet, qui répète, ( A - oui) et puis, une mémoire intelligente, où on construit des choses dans sa tête. Hein ! Au fond, c’est ce qu’on a dit tout à l’heure... hein (A hoche la tête) Tu es d’accord.

Bon, alors maintenant je t’ai dit qu’on s’occupait du b et du d que tu mélanges.


Notes


[1] Corpus : Ce terme est emprunté à la linguistique, discipline où il correspond à une production, disons langagière (verbal et non verbal), matériel de base qui sert de support à l’analyse du fonctionnement de la langue (enregistrement et transcription du document).

[2] Mémoire de travail : Nous espérons de nombreuses discussions à ce sujet, car quelle forme de mémoire peuvent-ils bien avoir ?

[3] une réponse, d’un point de vue différent, est en ligne.

[4] Séance de prise en charge orthophonique : Quelques principes de " cette " orthophoniste : respect de l’enfant en tant que singulier et digne d’intérêt. Quelques principes des échanges verbaux : Intérêt pour ce qu’il pense, ce qu’il arrive à exprimer sur ce qu’il se représente, et respect de ses formulations. En conséquence, une très grande prudence en ce qui concerne toute opération qu’on pourrait dire de " traduction ", dans les reformulations au cours du dialogue (assumer le changement de position interlocutoire dans la reprise de la parole de l’autre), comme dans la notation du corpus lui-même (cf. effet de brouillage ci-après). Appui sur ce qui a été construit avec lui-même ou avec d’autres enfants (intertextualité).

[5] Ce matériel a été fabriqué par l’orthophoniste en associant sur une même page (photocopie) deux carnets, un qui s’intitule faisons connaissance, et l’autre qui concerne un travail sur les groupes consonantiques avec r et l. Elle n’a, bien sûr, plus les originaux !

[6] Une maîtresse avait parlé à un des enfants qui viennent me voir de tiroirs dans la tête où sont rangées toutes les règles. Il suffit de tirer les tiroirs pour retrouver celles dont on a besoin disait-elle. (N de l’O : sauf pour un DL bien sûr).

[7] Cette enfant était extrêmement timide. Elle a pris beaucoup plus d’assurance maintenant : elle vient deux fois (et non plus seulement une) et est en CE2. L’orthophoniste avait hésité à lui donner ces fiches (niveau CP) mais elle en a été ravie et colorie tous les dessins avec beaucoup de plaisir.

[8] On a déjà mis en place le tableau des consonnes en manipulant les petits cartons et elle est à l’aise avec les repères articulatoires (cartons " symboles ") qui soutiennent les différenciations (il s’agit de constituer le cadre d’un tableau à double entrée qui organise l’ensemble du système sauf r, l, ill (cf. 48 ZWOBA le n’a, bien sûr, plus les originaux !

[9] Au programme la différenciation nombre/chiffre, car il s’agissait de nombres bien entendu.

Répondre à cet article

Dans la même rubrique :
A propos de musique
Dysorthographie, une réponse
Manet
Orthographe

Thèmes abordés :
dysorthographie
étayage dialogique
Habiter son corps et sa parole
le dialogue et les échanges comme aide à la compréhension avec des élèves mauvais lecteurs
Prise en charge d’un groupe de non lecteurs au collège (SEGPA)
La rééducation : un espace pour élaborer une parole habitée
mémorisation
5 . Mémorisation, verticalité et fonctionnement de type dyslexique
8 - Le parcours de Laure (de la lettre au son)
reformulation, verbalisation
Entrer dans le graphisme ?
Histoire en quête d’auteur(s).
2)Jeu symbolique et construction identitaire
Les mondes parallèles d’un trisomique (2)
représentation
* Ici là-bas* de la croyance
Entendre les voyelles
Psychomotricité




Nous contacter | Plan du site | Admin | Statistiques | Conditions d'utilisation | Accueil

 

©2000 www.sos-lire-ecrire.com