Plan du site Administration Contact
l'apprentissage en question
Vous êtes ici : 1 - Documents de base > 3 . Parcours de vie 2 : La dyslexie est pour moi un défaut
 

 

1 - Documents de base
1 . Témoignages
Le témoignage en question
2 . De l’effet de bascule
A propos de la "Mémoire"
Apprendre à lire et "dys" ?
Ecrire l’écrit
Musique
Musique et apprentissage
Dessin et représentation symbolique
De l’image à l’écrire
Forum

2 - Discussion des implicites
Dialogue et interprétation
Dyslexie
Lecture et compréhension
Questions autour de l’évaluation

3 - De ceux qui n’apprennent pas comme on enseigne
8 bis Dys-calculie et autres dys
Que faire ?
Parcours du lire écrire

4 - Evaluation d’expériences de terrain
Festival de l’audiovisuel et des technologies nouvelles en Orthophonie - Nancy
Versant didactique
versant prise en charge spécifique :

5 - L’interculturel...
ARIC 2001
ARIC 2003
ARIC 2005 Alger

6 - Textes non publiés
Récit et histoire familiale, transmission.

7 - Et du côté de l’Education Nationale
Enseignement spécialisé
Rééducation scolaire

8 - Limites de nos interventions
orthophonie
Conscience de son propre handicap - Evolution
Mots balises : dépassés ou éclairants ?
rééducation scolaire

9 - Lectures

Agenda

Conditions d’utilisation

Du côté de la créativité

Jeu symbolique
Evolution du jeu symbolique

Les auteurs
Références bibliographiques

Liens

Thèse

Rechercher sur le site :
imprimer cet article 3 . Parcours de vie 2 : La dyslexie est pour moi un défaut
janvier 2003, par Catherine BRUNEL


La dyslexie est pour moi un défaut, au même titre que d’avoir un grand nez, des grandes oreilles.

Nous naissons avec et elle nous accompagne tout au long de notre vie. Il faut apprendre à vivre avec, car la dyslexie n’est pas seulement un problème de lecture et d’écriture. Elle se manifeste dans bien d’autre domaines comme l’orientation (ce qui est très gênant pour se rendre sur le lieu) et ne pas connaître la droite de la gauche. Elle peut aussi avoir des répercussions temporelles ce qui handicape dans la vie professionnelle. Le dyslexique est aussi parfois maladroit de ses mains et est en général très lent dans toutes ses activités. Chaque jour, chaque heure, chaque minute nous devons lutter contre ce défaut pour pouvoir être sur la ligne d’arrivée au même titre que les autres. La société ne connaît pas les difficultés qu’éprouvent les dyslexique. Pour elle, la dyslexie n’est qu’un problème scolaire et une fois adulte tous les problèmes ont, comme par enchantement, disparus.

J’ai 35 ans et je suis dyslexique. Dans mon enfance , j’ai subi énormément de moqueries aussi bien de la part des autres enfants que des enseignants qui ne se gênaient pas pour me mettre un bonnet d’âne sur la tête. Que d’humiliations...Je me suis repliée sur moi-même je ne suis allée que jusqu’en 5 ème et j’ai du redoubler au moins 3 fois. Le jour de mes 16 ans, je me suis retrouvée derrière une machine à coudre à fabriquer des vêtements, sans qu’on me demande mon avis. J’y suis restée 8 ans . A la première occasion, je suis partie de cette usine de couture, sans aucun regret.

J’ai postulé ensuite en tant que serveuse, vendeuse et pour finir assistante maternelle. A la naissance de mon deuxième enfant , j’ai arrêté de travailler. C’est pendant cette période que mon mari m’a incité à reprendre mes études. J’ai repris depuis la 6ème et mon désir était d’avoir mon BAC. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours aimé les matières scientifiques au détriment des matières littéraires. Je devais mettre toutes les chances de mon côtés. J’ai choisi de passer un Bac Professionnel Scientifique en formation continue. Durant toute cette période, j’ai suivi des séances d’orthophonie qui m’ont énormément aidé en orthographe et surtout en expression écrite.

En consultant les sites de dyslexie sur Internet, j’ai appris que pour passer les examens, les dyslexiques étaient en droit de bénéficier d’un tiers temps supplémentaire pour chaque épreuve. C’est là que j’ai contacté les associations APESYS et CORIDYS Elles m’ont donné toutes les démarches à effectuer afin d’obtenir ce tiers temps. Cela n’a pas été sans mal, mais les associations m’ont toujours soutenue et encouragée afin d’atteindre mon but.

Aujourd’hui, j’ai atteint l’un de mes rêves : avoir mon Bac. Je me souviens, lorsque j’était enfant, mon rêve était de devenir astronaute (certainement afin d’échapper à ce monde cruel auquel j’étais confrontée). Il y avait peut-être là haut un monde meilleur !

Il m’arrive certains soirs de contempler le ciel tout en me remémorant mes souvenirs d’enfant et de penser que nous sommes bien petits dans l’univers. Pourtant, j’ai eu l’impression de porter tout ce poids sur mes épaules. Aujourd’hui mon plus grand rêve serait d ‘exercer un métier que me permettrait d’aider les enfants en difficultés afin qu’ils ne se sentent pas inférieurs au reste du monde et qu’ils s’épanouissent dans leur vie future ou bien écrire un livre . Mais comment le pourrais-je ? En conclusion, mes expériences passées m’ont appris que si on désire réussir dans la vie, il faut se battre sans relâche et ne jamais se décourager. Un jour ou l’autre, la chance nous sourira, il suffit de croire en sa bonne étoile !

Catherine BRUNEL . chrart@club-internet.fr

Répondre à cet article

Dans la même rubrique :
Mémoire et évocation : l’image en question
1.Témoignage de départ
2. Pourquoi ce témoignage sur la Dyslexie
3 . Parcours de vie
3 . Parcours de vie 1 : Les maths, le Français,les langues à quoi ça me sert ?
4 . Parcours de non-lecteurs
5 . Premier entretien et témoignage
Benji




Nous contacter | Plan du site | Admin | Statistiques | Conditions d'utilisation | Accueil

 

©2000 www.sos-lire-ecrire.com